Acheminer l'art de la radiesthésie au  niveau de la science


de Chaumery et Bélizal, spécialistes de la Radiesthésie  et auteurs de plusieurs livres sur le sujet

aux Editions Servranx.


La radiesthésie se trouve actuellement partagée entre deux tendances, l’une qui procède du mental, l’autre qui cherche à s’appuyer sur les principes de la physique avec laquelle, elle paraît s’apparenter. Pour ajouter à la confusion générale, ces deux tendances, qui au premier abord semble en rivalité, ont cependant un point commun : la transformation et l’amplification de la radiation traversant le corps de l’homme par l’intermédiaire du fluide vital, et dont le mécanisme se traduit par le mouvement d’un détecteur (pendule ou baguette).

 

Ces deux théories, mentale et physique, assurent des résultats positifs qui peuvent être considérés comme équivalents. Les auteurs estiment que le véritable radiesthésiste a tout intérêt à s’orienter dans cette dernière voie où il bénéficiera des découvertes récentes de la physique qui lui permettront d’acheminer plus sûrement son art au niveau d’une science.

Ces deux auteurs ont écrit un livre qui est le fruit de plus de trente années de recherche qui leur permirent de découvrir que tout objet, selon sa spécificité et particularité, influe sur le corps énergétique de l’homme et que tout objet émet des « ondes de formes

 

 

 

Un sourcier du XVIIIe siècle

 

 

La radiesthésie est un procédé de détection fondé sur la sensibilité des êtres vivants à certaines radiations qu'émettraient différents corps. Elle permettrait de localiser des sources, retrouver un objet perdu, un trésor ou une personne disparue, établir un diagnostic médical, déterminer la profondeur d'un puits, etc.

On doit le mot « radiesthésie » (du latin radius, « rayon » et du grec aisthêsis, « sensibilité ») aux abbés Bouly et Bayard 1. La radiesthésie est, selon la définition de l'abbé Bouly, la croyance en la faculté d'exercer cette sensibilité pour découvrir, grâce au pendule ou à la baguette, ce qui est caché aux facultés normales mais dont l'existence est réelle ou imaginaire.

Ce procédé était anciennement appelé rhabdomancie (du grec rhabdos, « bâton » et manteia, « divination », technique utilisant la baguette de coudrier) ou encore sourcellerie.

 

Les scientifiques attribuent la radiesthésie à l'effet idéomoteur 2,3.

 

Accessoires :

 

Les accessoires les plus courants du radiesthésiste sont :

 

  • le pendule (masse pesante quelconque mais symétrique et suspendue à un fil souple) ; cet objet est parfois creux de façon à pouvoir y placer des échantillons « témoins » (voir ci-dessous). Le pendule du Professeur Tournesol détient une réputation célèbre : il indique toujours « un peu plus à l'ouest ».

 

  • la baguette, est constituée de deux branches en matière flexible d'environ trente centimètres de long, reliées à une extrémité. Elle sert le plus souvent à la recherche de sources, mais peut tout aussi bien servir en matière de radiesthésie médicale. Autrefois, la baguette était taillée dans une branche de noisetier.

 

  • l'antenne de Lecher ; elle est inspirée de l'invention d'Ernst Lecher (les « fils de Lecher ») et a l'avantage, non seulement de pouvoir tester (réception), mais aussi d'émettre[réf. nécessaire] ;

 

  • les témoins servent de support psychique, mais ils n'ont rien d'indispensable. Ils peuvent aider à mobiliser les connaissances relatives à l'objet de la recherche.

 

 

Expériences :

 

Un bas-relief de Yu le Grand authentifie son emploi en Chine dès le troisième millénaire avant Jésus Christ. La première description dans la littérature d'une baguette de sourcier a lieu en 1556 dans l'ouvrage du savant allemand Georgius Agricola sur les techniques minières, De re Metallica.

Des expériences récentes, à partir des années 1980, ont été réalisées pour essayer de mettre en évidence le phénomène radiesthésique, les plus rigoureuses comme celle de Munich ou Kassel n'ont pas prouvé l'existence du phénomène. Au contraire, dans ces expériences réalisées à double insu, les sourciers ne dépassent pas les résultats dus au hasard. Voir l'article Sourcier pour plus de détails.

 

Applications

 

Sourcellerie :

 

La sourcellerie consiste à chercher de l'eau dans le sol avec différents outils radiesthésiques.

Article détaillé : Sourcier.

 

Géobiologie :

 

La géobiologie (au sens radiesthésique) est l'étude de l'ensemble des influences de l'environnement sur le vivant, et notamment des ondes liées aux champs magnétiques, courants d'eau souterrains, réseaux métalliques, failles géologiques.

Article détaillé : géobiologie (radiesthésie).

 

Recherche sur plan :

 

Les pendules sont parfois utilisés sur des cartes pour la recherche de personnes disparues ou de sources (cf. "Comment j'opère" de l'abbé Mermet).

 

Radionique :

 

Ne pas confondre avec champ de forme ou champ morphique ou champ morphogénétique.

La radionique est le domaine de la radiesthésie qui s'occupe de l’action à distance par les ondes de formes.

 

Ce nom a été donné pour la première fois aux États-Unis dans un but thérapeutique et pratique. L'expression "onde de forme" fut créée par Léon Chaumery et André de Belizal. Leurs travaux sont une référence dans le monde de la radionique. Jean de la Foye poursuivit les recherches sur la radionique et établi des rapports avec la kabbale.

 

Notes et références :

 

  • Etymologie de radiesthésie : http://www.cnrtl.fr/etymologie/radiesthésie [archive]

  • Viktor Vincent, Les secrets du mentaliste, Michel Lafon,‎ 2015 (ISBN 9782749925325, lire en ligne [archive])

  •  « L’effet idéo-moteur » [archive], sur circee (Centre d’Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles) (consulté le 22 janvier 2015)

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now